Donner du volume au fessier / BBL

LIPOFILLING FESSIER
2600 euros - 5 nuitées
Notre recommandation : Dr CHENNOUFI SINDA
Fitness Woman measuring butt and hips With Tape Standing In Front Of Mirror

Principes / Objectifs

Dès que les premières lipoaspirations ont été réalisées, les chirurgiens plasticiens ont eu l’idée de réutiliser la graisse ainsi extraite pour la réinjecter en un autre endroit du corps, dans un but de comblement.

Le principe est de réaliser une véritable auto greffe de cellules graisseuses par réinsertion de la graisse prélevée sur la patiente elle même.

Des progrès déterminants concernant notamment le mode atraumatique de prélèvement et de réinjection ainsi que la purification de la graisse ont permis de limiter la part de résorption du tissu graisseux.

La lipostructure peut s’appliquer à un grand nombre de dépressions (creux) naturelles, post traumatiques ou iatrogéniques (séquelles d’intervention / traitement).

La demande la plus élevé concerne le LIPOFILLING FESSIER :

Remodelage de la silhouette, encore appelé Lipomodelage, qui consiste à prélever la graisse dans une zone où elle est excédentaire (culotte de cheval par exemple) et la réimplanter dans une zone où le volume manque (haut de la fesse par exemple) 

D’autres applications de cette techniques sont possibles :

– Le comblement et l’atténuation de certaines rides ou sillons, notamment au niveau du visage = LIPOFILLING DU VISAGE (souvent associé à un lifting cervico facial pour améliorer l’harmonie du visage). 

– La correction d’irrégularités suite à une liposuccion.

Avant l'opération

Un bilan pré-opératoire est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin-anesthésiste sera vu en consultation au plus tard la veille de l’intervention, notamment en cas de facteurs de risques associés (obésité, mauvais état veineux, trouble de la coagulation). 

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

L'opération de Lipofilling en Tunisie

Type d’anesthésie et modalités d’hospitalisation

Le lipofilling fessier peut être réalisée, selon les cas et l’importance des zones à traiter, soit sous anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intra-veineuse (anesthésie «vigile»), soit sous anesthésie générale.

 

Le choix entre ces différentes techniques sera le fruit d’une discussion entre vous, le chirurgien et l’anesthésiste. 

 

La durée de l’hospitalisation est fonction de la quantité de graisse extraite. 

Toutefois, vu que l’intervention se déroule à l’étranger, vous resterez 1 à 2 nuitées en clinique avant de rejoindre votre hôtel. 

 

L’intervention

 

Le Dr CHENNOUFI commence par procéder à un repérage précis des zones de prélèvement de la graisse, ainsi que des sites de réinjection.

Le prélèvement du tissu graisseux est effectué de façon atraumatique par une micro-incision cachée dans les plis naturels, à l’aide d’une très fine canule d’aspiration.

On aura choisir une région discrète où il existait une réserve, voire un excès de tissu graisseux.

Il procède ensuite à une centrifugation, de manière à séparer les cellules graisseuse intactes, qui seront greffées, des éléments qui ne sont pas greffables.

La réinjection du tissu graisseux se fait à partir d’incisions de 1mm à l’aide de micro-canules.

On procède ainsi à l’injection de micro particules de graisse dans différents plans et selon des directions multiples et divergentes, afin d’augmenter la surface de contact entre les cellules implantées et les tissus receveurs, ce qui améliore la survie des cellules adipeuses greffées.

Dans la mesure où il s’agit d’une véritable prise de greffes de cellules vivantes, et sous réserve que la technique soit bonne et la prose de greffe effective, les cellules ainsi greffées resteront vivantes au sein de l’organisme, ce qui fait de la technique de lipostrucutre une technique définitive puisque les cellules adipeuses ainsi greffées vivront aussi longtemps  que les tissus qui se trouvent autour d’elles.

La durée de l’intervention est fonction de la quantité de graisse à réinjecter et du nombre de localisations à traiter. Elle peut varier de 30 minutes à 2 heures. 

Après l'opération : les suites opératoires

Elles concernent directement la zone injectée, mais peuvent aussi les zones prélevées.

Dans les suites opératoires, les douleurs sont en règle générale peu importantes.

Un gonflement de tissus (oedème) apparait pendant les 48 heures suivant l’intervention et mettra en générale 5 à 15 jours à être totalement résorbé.

Des ecchymoses (bleus) apparaissent dans les premières heures au niveau des zones de réinjection graisseuses : elles se résorbent dans un délai de 10 à 20 jours après l’intervention.

Ainsi, si la récupération physique est habituellement rapide du fait du caractère léger et superficiel de l’intervention, il conviendra de bien tenir compte de l’importance de la gène sociale entrainée par l’oedème et les ecchymoses, afin de s’adapter à sa vie familiale, professionnelle et sociale.

Il convient de ne pas exposer au soleil ou aux UV les régions opérées avant 4 semaines au moins, ce qui ferait courir le risque de pigmentation définitive.

Après résorption des phénomènes d’oedème et d’ecchymoses, le résultat commence à apparaitre dans un délai de 2 à3 semaines après l’intervention.

Le résultat

Il est apprécié dans un délai de 3 à 6 mois après l’intervention effectuée à la clinique AMEN de la MARSA.

Il est le plus souvent satisfaisant, les creux sont comblés (haut des fesses) et les volumes restaurés.

Il existe une différence variable, de 20 à 40%, entre la quantité de graisse ré-injectéee et la quantité de prise de la greffe liée au fait que, même avec une technique irréprochable, une partie de la graisse réinjectée va se résorber. Le Dr CHENNOUFIen aura tenu compte dans l’évaluation de la ré-injection graisseuse.

De plus, une amélioration de la texture, de la souplesse et de l’élasticité de la peau est constatée.

Dans la mesure où la greffe de cellules graisseuses a effectivement prise, nous avons vu que ces cellules restaient vivantes aussi longtemps que resteraient vivants les tissus au sein desquels elles ont été greffées.

Il faut savoir que la graisse réinjectée est sensible aux variations pondérables, donc en cas d’amaigrissement ou de prose de poids, les régions ayant bénéficié de lipostrucutre se creuseront ou augmenteront de volume.

Avec le temps, le résultat se détériorera progressivement, du fait de la poursuite naturelle du vieillissement de ces mêmes tissus.

Les imperfections de résultats

Dans quelques cas, des imperfections localisées peuvent être observées : asymétrie légère ou irrégularités sur les zones injectées ou prélevées.

Elles sont en règle générale accessibles à un traitement complémentaire : petite retouche de lipostructure sous simple anesthésie locale à partir du 6ème moi post opératoire. 

Les complications envisageables

Une lipoastructure, bien que réalisée pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale, ce qui implique les risques inhérents à tout acte médical, aussi minime soit-il. Cet acte reste notamment soumis aux aléas liés aux tissus vivants dont les réactions ne sont jamais entièrement prévisibles. II faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles lies au geste chirurgical.

En ce qui concerne le geste chirurgical : en choisissant un Chirurgien Plasticien qualifié et compétent tels que le Dr CHENNOUFI, formés à ce type l’intervention, vous limitez a maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement.

– Les saignements sont rarement sérieux, sauf trouble de la coagulation associé ou prise de médicaments favorisant le saignement.

– De même, les nécroses cutanées localisées, qui allongent le délai de cicatrisation et peuvent laisser des cicatrices, ne devraient plus être observées.

– Des altérations de la sensibilité peuvent parfois persister sur les zones traitées, même si la sensibilité redevient le plus souvent normale dans un délai de 3 à 12 mois.

– Enfin des perturbations métaboliques ou des anémies ont pu être observés au décours de lipoaspirations importantes en quantité, pouvant rarement nécessiter une transfusion sanguine.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci à la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications, où les traiter efficacement le cas échéant.